Virtualisation

Introduction à la virtualisation

La virtualisation consiste à émuler un environnement permettant l’execution d’un système.

Voilà une définition bien sobre, qui se suffirait à elle même…c’est un peu plus technique que ça.
Et plus long:
Une machine virtuelle est un logiciel qui crée du matériel fictif (virtuel) à l’intérieur d’une machine physique bien réelle, et elle est en théorie isolée du système hôte. Cela fournit l’illusion de disposer d’un ou plusieurs ordinateur(s) complet(s), car il y a bien les composants nécessaires : BIOS / EFI, Processeur, Carte graphique, RAM, Disque dur, Carte réseau, etc…

 

Le logiciel hôte qui fournit cette possibilité se nomme superviseur ou hyperviseur.

 

Cela permet au concepteur d’une application de la rendre disponible sur un grand nombre d’ordinateur sans les contraintes habituelles à la rédaction d’un logiciel tournant directement sur l’ordinateur voulu.
Exemple : si on concepteur a besoin de développer seulement pour Windows XP, dans ce cas si le parc informatique est composé de Windows 7, Windows 8, ou encore de Linux : il pourrait très bien ne pas se fatiguer et demander la virtualisation d’un Windows XP.

 

Cela pourrait avoir un effet pratique à court ou moyen terme, mais à long terme l’OS virtualisé risque de ne plus être disponible ou plus maintenu, ce qui pourraît parfois poser problème.

 

Il y a tout de même une utilité forte : quand un ancien logiciel n’est plus maintenu ou trop coûteux à mettre à jour : on peut le basculer en machine virtuelle et l’installer dans l’OS adéquat.

 

Possibilités principales de la virtualisation

 

Les intérêts / possibilités sont par exemple :

  • Utilisation optimale des ressources d’un parc de serveurs (répartition des machines virtuelles sur les machines physiques en fonction des charges respectives)
  • Installation, déploiement et migration facile des machines virtuelles d’une machine physique à une autre (indépendance vis-à-vis du matériel utilisé), tout en sachant qu’on y perd un peu en performance par rapport à une machine physique.
  • Economie sur le matériel par mutualisation (consommation électrique, entretien physique, monitoring, support, compatibilité matérielle, etc…)
  • Installations et réinstallations, développements, pouvoir tester fortement sans abîmer l’OS hôte
  • Essais en grandeur nature d’un réseau, qu’il soit simple ou complexe
  • Accès à un grand nombre de machines simultanément, en fonction de la puissance du PC hôte.
  • Par exemple on peut utiliser facilement 5-6 machines virtuelles avec 8 Go de RAM, et même 10 à 20 si on alloue peu de RAM dans chaque VM (valable pour les anciens OS virtualisés).
  • Si on a 16 Go de RAM ou plus c’est encore mieux pour ce type d’usage, bien évidemment.

 

En pratique, on peut très bien avoir :

  • – Windows en OS principal (OS hôte) et ensuite utiliser des Windows et / ou Linux en virtuel (OS invités).
  • – Linux en OS principal (OS hôte) et ensuite utiliser des Windows et / ou Linux en virtuel (OS invités).
  • – Mac OS X en OS principal (OS hôte) et ensuite utiliser des Windows, Linux et / ou Mac en virtuel (OS invités).

 

Principe

Caractéristiques principales de la virtualisation des serveurs

  • Economies considérables: Il est possible de virtualiser de nombreux systèmes  sur une seule machine, sans perte de performance.
  • Résultat: moins de machines, moins de maintenance et moins d’énergie dépensée (alimentation du serveur, réfrigération de la salle..)
  • Haute disponibilité: La virtualisation permet la redondance de vos services à moindre coût
  • Flexibilité: Une architecture virtualisée permet de déployer plus rapidement et simplement de nouveaux serveurs applicatifs et de transférer les serveurs virtuels d’un serveur physique à l’autre pour gérer les maintenances programmées comme les pannes.
  • Utilisation optimale des ressources d’un parc de machines: La virtualisation permet de répartir les machines virtuelles sur les machines physiques en fonction du taux de charge
  • Mise en place d’un plan de reprise d’activité

 

Superviseur:

Dans ce type d’installation, l’OS hôte est plutôt classique de type Windows ou Linux par exemple, on peut très bien agir sur l’OS parallèlement aux machines virtuelles.

C’est bien plus souple en terme d’usage, comme sur un PC multi usages (Surf internet, Vidéo, Musique, Traitement de texte, Virtualisation, Développement logiciels, etc…) mais c’est légèrement moins performant.

Il existe par exemple en Superviseurs :

  • – VMware Workstation (ou VMware Player, en gratuit pour usage personnel)
  • – Virtualbox
  • – Virtual PC (jusqu’à Windows 7 maximum)
  • – VMware Fusion (pour Mac)

 

fetch.php

 

Hyperviseur :

Dans ce cas, l’OS hôte est dédié à la virtualisation, et on peut avoir des performances meilleures.
Il existe par exemple en Hyperviseurs :

 

pasted_image

 

Java

Certains langages de programmation comme Java utilisent aussi une machine virtuelle :
Cela permet d’utiliser une application sur la plupart des OS, sans modification du code, ou presque.

pasted_image001

 

Quand on utilise de la virtualisation avec des processeurs x86 et x64 (ceux présents dans les PC), voici quelques informations importantes :

 

– Afin d’accélérer et / ou supporter la virtualisation, le processeur peut avoir besoin des instructions VT-x et VT-d de Intel, ou AMD-V de AMD. Il y a aussi les instructions EPT de Intel et RVI de AMD afin d’accélerer les traitements en RAM.
– Si votre processeur ne supporte pas le VT-x ou AMD-V, vous ne pourrez virtualiser que des OS 32 bits (x86) même si votre processeur est 64 bits.

Après de nombreux tests dont un usage intensif durant une session TAMMIR, le logiciel Virtualbox n’a pas été gardé au-delà de cette session « essai », à cause de nombreux plantages et bugs, et certaines fonctionnalités manquantes ou peu pratiques.

Pour un usage ponctuel Virtualbox semble amplement convenir, mais pour un usage important (dont avec usage de clonage de VM, copie de VM d’un PC à l’autre, réseaux virtuels, etc…) ça ne semble pas être le cas.

VMware Workstation apparaît le plus adapté pour l’usage demandé pour cette formation, que ce soit en terme de fonctionnalités, stabilité, et de plus il supporte plutôt bien l’EFI.

Voici donc ci-dessous directement l’installation de ce logiciel…
Voir article VMware

 

Comments

So empty here ... leave a comment!

Laisser un commentaire

Sidebar