Par monts et par vaux

Asteraceae

Aster amellus ; Aster amelle01

Les Astéraceae, 1500 genres et 13000 espèces, l’une des plus grandes familles de plantes, relativement facile à reconnaitre, toutefois distinguer un genre d’un autre, ou une espèces au sein d’un genre peut s’avérer complexe.

Elles sont dite composées, ce que vous pensez être « le cœur » d’une fleurs sont en fait « les fleurs », un grand nombre de fleurs composent la partie centrale de la plante.

La plante possède une corolle, elle même composé de pétale.

Le Leontopodium, Edelweiss, plante calcicole: qui pousse donc sur un sol à dominante sédimentaire calcaire, celles ci sont localisée au Rocher du Vent dans le Beaufortain.

Aster alpinus, Aster des Alpes

Typiquement l’exemple concret de la composée, les fleurs sont au centre, et les pétales forment une corole .

Celle ci trouvé sur la crêtes,depuis le Col de la Croix du Bonhomme au Rocher du Vent.

- .  Plante vivace de 6-25 cm, à tige dressée, simple, pubescente 
 - feuilles très entières, pubescentes, les inférieures oblongues-obovales 
ou spatulées, pétiolées, trinervées, les suivantes lancéolées-oblongues,
obtuses, atténuées à la base, les supérieures aiguës 
 - involucre à folioles lâches, velues, lancéolées, obtuses,
 les intérieures apiculées 
 - aigrette d'un blanc sale, à soies deux fois plus longues que l'akène 
 - capitule grand, 35-45 mm de diamètre, toujours solitaire, terminal 
 - ligules de la circonférence violettes ou d'un bleu lilas, 
fleurs du centre tubuleuses, jaunes. 
2011-08-22_12-29-00

Aster des Alpes

Asterus amellus, Aster amelle, en allant à l’Aiguille de varan.

Bellis perennis, la Pâquerette

- Souche vivace 
 - tige de 5-15 cm scapiforme, simple et nue, pubescente 
 - feuilles toutes radicales en rosette, à la fin glabrescentes, 
à limbe obovale-spatulé, uninervé, superficiellement crénelé,
 nettement pétiolées 
 - involucre pubescent à folioles lancéolées 
 - akènes petites, velus, obovales, fortement marginés 
 - capitule solitaire, terminal, de 2 cm de diamètre environ 
 - fleurs du centre jaunes, tubuleuses, celles de la circonférence 
ligulées à ligules blanches ou purpurines, oblongues-linéaires, 
une fois plus longues que l'involucre.
Varie à tiges feuillées à la base avec des rejets latéraux 
(B. hybrida Ten.). 

Aster bellidiastrum, Fausse Pâquerette

Le piège, elle ressemble beaucoup à la Bellis perennis ,observez bien les feuilles.

Leucanthemopsis alpina, Marguerite des alpes

Observable au Plan de l’Aiguille, ou en passant le Col de Balme direction le refuge du Dessus des Grands.

Erigeron annuus, Vergerette annuelle

Tussilago farfara, Tussilage pas d’âne.

Tussilago signifie « chasse la toux » il y a plusieurs décennies les locaux fabriquaient un sirop contre la toux, certains en gardent un mauvais souvenir me confiant que c’était vraiment pas bon.

C’est également l’une des première plantes qui apparait à la fin de l’hiver.

Doronicum, la Doronic est un genre comptant de nombreuses espèces.

Doronicum, Doronic un doute subsiste quant à l’espèce, observé en allant à l’Aiguille de Varan en arrivant sur le plateau calcaire.

Doronicum grandiflorum, Doronic à grande fleur, Asteraceae

Doronicum grandiflorum, Doronic à grande fleur, Asteraceae

Arnica montana, Arnica des montagnes

Doronicum (Pardalianches) cordifolium, Doronic tue panthère (?)

Hiéracium, Epervière

Hieracium ; Epervière

Hiéracium, Epervière

Hiéracium pilosella, epervière piloselle

Eperviere piloselle; hieracium pilosella L (asteraceae (composée ligulée))

Eperviere piloselle; hieracium pilosella L (asteraceae (composée ligulée))

Crepis, Crepide, genre comprenant de nombreuses espèces particulièrement compliqué à distinguer sans loupe, ni guide botanique.

Taraxacum alpinum, Pissenlit des Alpes, observé en redescendant du Nid d’Aigle, hors sentier.

Taraxacum alpinum ; Pissenlit des Alpes01

Taraxacum alpinum, Pissenlit des Alpes

Tripleurospermum perforatum, Camomille inodore

Tripleurospermum perforatum ; Camomille inodore01

Tripleurospermum perforatum ; Camomille inodore, Asteraceae

Achilléa, Achillée j’en ai recensé 3 espèces dans la vallée.

La plus connut l’Achillée millefeuille, connu depuis l’antiquité Greque, Achille aurait soigné ses blessures avec cette plante, d’oû son nom.

Achillea macrophilla, Achillée à grandes feuilles, observé en montant au refuge du Plan par les Grands Bois.

Achillea atrata, Achillée noiratre

-  Plante vivace, à souche rampante 
 - tiges de 1-3 dm, ascendantes ou dressées, simples, pubescentes, feuillées 
 - feuilles glabres ou presque glabres, non ponctuées, oblongues, 
pennatiséquées, à segments espacés, entiers ou bi-trifides au sommet, 
quelquefois 4-5 fides, à lobes linéaires-lancéolés, acuminés, mucronés, 
les caulinaires sessiles 
 - involucre hémisphérique, poilu, à folioles lancéolées, bordées de brun 
noir 
 - capitules assez grands, larges de 15-17 mm environ de diamètre,
 à pédicellés tomenteux, en corymbe simple 
 - fleurs blanches, à ligules au moins aussi longues que l'involucre. 


		
		

Gnaphalium Sylvaticum, Gnaphale des bois, observée en montant au refuge du Plan par les Grands Bois.

-  Plante vivace à tiges de 2-6 dm dressées ou ascendantes, simples,
 solitaires ou peu nombreuses, blanches-tomenteuses 
 - feuilles caulinaires sessiles, décroissantes,étroitement oblongues-linéaires,
 uninervées, blanches-tomenteuses en dessous, vertes ou verdâtres 
en dessus, les inférieures et celles des rosettes plus larges, 
longuement atténuées à la base 
 - involucre à folioles scarieuses, bordées de brun 
 - capitules en grappe raide, très allongée ou en panicule spiciforme 
étroite, réunis en fascicules peu fournis à l'aisselle des feuilles
 linéaires, très étroites, qui les accompagnent jusqu'au sommet. 

Ciberbita alpina, Ciberbite des Alpes

Tussilago alpina, Homogyne des Alpes, plante assez particulière, elle passe inaperçu la plupart du temps, elle est très discrète.

-  Plante vivace de 1-3 dm à tige dressée, simple, pourvue de quelques 
écailles ovales-lancéolées, les inférieures parfois foliiformes à pétiole 
élargi, embrassant 
 - feuilles radicales paraissant en même temps que les fleurs,
 glabres en dessus, pubescentes en dessous, à limbe orbiculaire,
 petit, ne dépassant pas 4 cm de diamètre, denté 
 - involucre à folioles intérieures oblongues, obtuses, purpurines 
 - fleurs rougeâtres réunies en capitule solitaire terminant la tige. 

Carlina acaulis, Carline acaule

-  Plante bisannuelle à tige nulle au quelquefois allongée, 
atteignant 3 dm, simple et monocéphale, arrondie, non allée 
 - feuilles pétiolées, glabres pennatiséquées à segments épineux 
 - capitule très gros 
 - involucre à folioles extérieures foliacées, épineuses, 
les moyennes pectinées, les intérieures linéaires-lancéolées rayonnantes 
d'un blanc argenté, brunâtres à la base 
 - akènes oblongs couverts de poils jaunes apprimés. 

 

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Archives