C) RAM

Created dimanche 14 février 2016

La RAM est solicitée en permanence, quoi qu'on fasse un programme se charge toujours en celle-ci.
Elle est très très rapide, et bien sûr non mécanique, donc sans aucun bruit.

Les temps de réponse d’une RAM sont très importants, vous comprendrez pourquoi, ainsi que sa
fréquence de fonctionnement.

Voici différents types de RAM, du plus ancien au plus récent :

La Synchronous Dynamic Random Access Module (SDRAM) :

Cette norme est très ancienne mais on peut encore la trouver sur de très vieilles machines (mais cela se fait rare).
Sa fréquence sera donc fixée par le FSB et pouvait aller jusqu'à 133 Mhz en général.

DR-SDRAM

Quasiment aussi ancienne, juste avant l'arrivée de la DDR de 1ère génération, il y a la RAM de
RAMBUS, la DR-SDRAM.
Plus rapide, mais très très coûteuse, et priopriétaire (royalties à reverser à RAMBUS).

Un échec total, surtout avec l’arrivée de la DDR-SDRAM.
Bon marché, puis ensuite plus rapide, ce fut la mémoire la plus utilisée.

DDR-SDRAM

Cette DDR (Double Data Rate Synchronous Dynamic Random Access Memory) monte jusqu’à 400
Mhz.

Il existe des modules de mémoire avec fréquence supportée plus élevée, mais elles sont très coûteuses, et
les cartes mère ne les supportent pas de manière officielle.

DDR2

Avec fréquence de fonctionnement toujours plus élevée (facilement 1066 Mhz,
même si on trouve souvent de la 800 Mhz).

DDR3

qui sert sur les configurations actuelles :

DDR3

est couramment utilisée à 1600 Mhz, même s'il existe des fréquences plus élevées.
Pour certains traitements qui demandent de la puissance, plus la fréquence est élevée, plus c'est rapide,
même si le temps de réponse le plus bas possible est aussi préférable.

En parallèle, il y a aussi la XDR RAM, développée par RAMBUS, très peu répandue, mais apparemment
utilisée dans la console PS3 de Sony.

DDR4

Avec cette RAM, on parle de réduire la tension et augmenter un peu la fréquence.
Pour continuer avec la RAM, voici un type de RAM (mais un peu plus coûteux), le plus fiable qui semble
exister :

RAM ECC

,C’est à dire Error Correction Coding
Les barrettes de mémoire ECC sont des mémoires possédant plusieurs bits dédiés à la correction d'erreur
(on les appelle ainsi bits de contrôle). Ces barrettes, utilisées principalement dans les serveurs, permettent
de détecter les erreurs et de les corriger.

Sur une barette de RAM, l’on voit immédiatement si elle est équipée de l’ECC ou non (la puce
supplémentaire au milieu, ou en cherchant sur internet avec la référence de la RAM).
Attention ce type de RAM n’est compatible qu’avec les cartes mère compatibles ECC !
Si vous tentez de l’utiliser sur une carte mère qui ne le supporte pas, vous risquez d’endommager carte
mère ou RAM, ou plus encore : vous aurez tout gagné.
A l'inverse, sur un serveur par exemple avec processeur Intel Xeon, seule la RAM ECC est supportée (ou
conseillée, ça dépend...).

Exemple : chez Dell on interdit souvent l'usage de la RAM non ECC, alors que le processeur la
supporterait sans problème.
En dehors de cela, il existe une technologie, pour toutes les DDR 1/2/3/4, qui permet de doubler, tripler
ou quadrupler la bande passante de la RAM (selon les chipsets / CPU et gammes).
Il s’agit du Dual Channel, Tri Channel et Quadri Channel.
Il s'agit d'utiliser les modules de mémoire par paire afin de cumuler la bande passante et ainsi se servir au
mieux les capacités du système. Il peut être mieux lors de l'utilisation du Dual Channel (ou Tri / Quadri),
d'utiliser des barrettes identiques par paire (fréquence, capacité et préférentiellement de même marque),
pour la stabilité par exemple, même si ce n'est pas indispensable.
L'augmentation de performances n'est pas toujours flagrante... mais ça peut servir dans des calculs un peu
lourds.
Il faut bien sûr que le contrôleur de RAM (que soit sur chipset ou intégré au processeur) supporte cette
technologie, sinon vous ne remarquez aucun gain de performance.
Aussi, il faut placer les barettes d’une certaine manière, et cela dépend des cartes mère.
En général c’est tout de même très bien expliqué.
Exemple sur une carte mère :

Avec le manuel de la carte mère (qui est une GIGABYTE GA-Z87X-UD4H), il est stipulé à un moment
donné :

Tout est très clair pour pouvoir bénéfier de cette technologie.

la ROM :

La ROM, mémoire dite "morte", est différente...
Elle garde tout, même si l’on coupe le courant.
Il existe différents types de ROM en fonction de la possibilité de les programmer ou de les effacer :

Effaçables par une machine spéciale, la mémoire doit donc être facilement ôtable de son support.

La mémoire Flash, utilisée dans les clés USB, baladeurs, portables etc... est un dérivé de l’EEPROM, elle peut donc être écrite et réécrite un certain nombre de fois, sans aucun problème, et bien sûr garde tout en mémoire si elle n’est plus alimentée en courant.
C’est en fait un type d'EEPROM qui permet la modification de plusieurs espaces mémoires en une seule opération. La mémoire flash est donc plus rapide lorsque le système doit écrire à plusieurs endroits en même temps.

Un BIOS / UEFI est souvent de la EEPROM ou mémoire Flash.

BIOS

Parlons du BIOS, "Basic Input / Output System":
Lorsque le système est mis sous-tension ou réamorcé (Reset), le BIOS fait l'inventaire du matériel présent
dans l'ordinateur et effectue un test (appelé POST, pour "Power-On Self Test") afin de vérifier son bon
fonctionnement.

Beaucoup d’éléments ont un BIOS ou encore firmware (micrologiciel), dont une carte mère.
Sans lui, rien ne démarre.

S’il y a le moindre problème, le BIOS va tenter d'émettre un ou plusieurs BIP, pour indiquer d’où cela
vient.

Le nombre et la fréquence des BIP dépend du fabricant du BIOS.
Il tentera aussi d’afficher un message ou code d’erreur à l’écran, pour vous guider.

Attention si jamais un processeur est défectueux (très rare), ne vous attendez pas à entendre le moindre BIP, ou alors peu de chances.
En général quand ça ne bip pas, il se peut que ce soit la carte mère HS.

De plus, il faut que le Speaker / Buzzer (petit haut-parleur) soit branché correctement à la carte mère, sauf si bien sûr celle-ci en a un d’intégré.
Le CMOS, quant à lui, Complementary Metal Oxide Semi-conductor, est une petite partie du BIOS / UEFI mais pas de la ROM.

Il est alimenté par une pile (ou batterie, sur certaines cartes mère) qui est censée durer + ou – 10 ans.

Note : si vous débranchez le PC tous les jours (par exemple via une multiprise à interrupteur), la pile ne va durer que peu d'années... je trouve qu'il vaut mieux laisser le PC consommer 1 à 2 Watts, sachant que si l'ErP / EuP (norme européenne, Energy using Products, et Energy related Products) est activé, ça consomme vraiment très peu.

Ce CMOS va garder les paramètres que l’on a modifié dans le Setup du BIOS / UEFI (heure, date, réglages divers).
Si jamais l’on souhaite remettre à zéro tout cela, il faut soit enlever la pile, soit remettre le Jumper de lacarte mère sur "Clear CMOS" ou "CLR RTC".

Le BIOS est encore très utilisé, est remplacé progressivement par l'EFI (Extensible Firmware Interface) ou plutôt l'UEFI (Unified Extensible Firmware Interface).
L’EFI gère un meilleur affichage (permet de faire une interface de Setup plus jolie par exemple), il est plus souple au niveau de la programmation et permet bien plus de possibilités.

Exemple avec une carte mère Gigabyte :

A noter que les Mac Intel en sont déjà dotés depuis plusieurs années déjà, même si côté "PC" ça avance bien aussi, sachant que ça s'est fortement accéléré un peu avant l'arrivée de Windows 8.

Aussi, il me semble important de préciser que ce bel ancestral Windows XP ne gère pas officiellement l’EFI.
Une petite note qui a son importance aussi : souvent les PC actuels sont hybrides BIOS / UEFI, ils supportent les 2.
Néanmoins, ce n'est pas toujours visible ou actif par défaut, ça s'appelle même parfois "Legacy Boot", ou encore en mal traduit si on met le BIOS / UEFI en Français : "Source de démarrage héritées", ça c'est fort...

BootCamp (logiciel multiboot sur les Mac) émule un BIOS afin de faire fonctionner XP.
De même, Vista 32 bits n’est pas fanatique de l’EFI tandis que la version 64 bits le supporte.
Bien évidemment, Windows 7 en fait autant (au niveau du 64 bits).
Pour ce qui est du cas de Windows 8 et 8.1, il supportent l'EFI 32 et 64 bits, ce qui est plutôt un
avantage.

En effet, la grande majorité des cartes mères recevant des processeurs 64 bits, l'EFI dedans est 64 bits.

Dans certaines tablettes ou PC convertibles actuels, livrés avec Windows 8 ou 8.1, on peut parfois trouver de l'EFI 32 bits, par exemple quand on trouve des processeurs Atom avec une référence commençant par "Z", qui sont des processeurs uniquement 32 bits.

Dans ce cas, avec un tel EFI, le DVD officiel de Windows 7 ne semble pas prévoir ce cas, mais pourtant on peut voir des fichiers concernant l'EFI dedans, donc à défaut de pouvoir tester... je suppose qu'il y a peut être une méthode.
Pour Windows 8 / 8.1 32 bits, aucun problème, ça démarre.





Backlinks: Home:1) Technologies du PC